<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=772966496245259&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">
https://garneau.com/us/en/catalogsearch/result/?SID=?q={q}

L'aventure cycliste Beermudas: 3 brasseries, 650 km, 2 survivants 

Published on janvier 2017
Team Garneau
Team Garneau

Passionate about all things cycling. #LiveYourDream

Aux petites heures du matin le samedi 22 octobre, environ 30 cyclistes ont pris la route dans la noirceur à partir de la brasserie Anthem, au centre-ville d’Oklahoma City, en direction de Tulsa, Oklahoma. Environ la moitié feraient demi-tour après 50 km pour retourner à OKC, tandis que les autres poursuivraient leur chemin tout au long de la journée dans le but de compléter le #OkBeerMuda, un tour de 3 basseries de l’Oklahoma situées sur un parcours de 650 km constitué d’asphalte, de côtes, de routes de gravier et de vent. Le but était de compléter le parcours à une vitesse moyenne de 30 km/h. Le plan : des arrêts courts, un excellent soutien, des pelotons efficaces, et bien sûr, une bonne gestion du carburant et de l’hydratation. Ci-dessous, l’histoire de cette quête, en images des cyclistes qui ont souffert, supporté et enduré la journée. Et la nuit...

Narrateurs: Andy Chasteen, Chad Hodges, Paul Papin, Jason Waddell, Chris Holliday, Biff Stephens, Geremy Rowland

4 h 30 – Paul : Méditation, déjeuner, crêpes. On charge le camion, c’est parti pour Anthem Brewery.
4 h 45 – Chris : Je suis réveillé, aussi bien me lever. 
5 h 30 – Chad : Prêt à partir mais j’ai oublié de déjeuner, va pour deux morceaux de pizza. 
5 h 30 – Laurent : On se lève, café, gros déjeuner, je suis excite, dernières vérifications, les vélos sont propres et brillants !
6 h 00 – Biff : Il est beaucoup trop tôt, et je suis beaucoup trop vieux pour ces conneries. 
6 h 00 – Jason : Vélo ou voiture pour se rendre au point de départ ? Qu’est-ce que 12 km de plus quand on s’apprête à en faire 650.
6 h 30 – Chad : On décharge et on charge la camionnette et les voitures de soutien. On a beaucoup de bouffe cette année !
6 h 30 – Laurent : On se dirige vers Anthem avec Stephan, motivés par la voix de Yelle. Wow, quelle foule ! Tous nos amis sont venus nous encourager.
6 h 45 – Jason : Où avais-je la tête ? La journée va être longue. 

 

DNA Racing est une équipe de cyclisme d'élite fondée sur les valeurs de la course et la contribution à la croissance de la communauté cycliste. Alors que les résultats sont l'objet principal de nombreuses équipes de course aux États-Unis, DNA se concentre fortement sur l'éducation et la promotion du vélo auprès de la communauté.

Anthem Brewery, Oklahoma City, OK

anthem_brewery_BEERMUDA.jpg

6 h 45 – Paul : Souliers, casque, on gonfle les pneus, on charge les véhicules. Chad nous remet le plan de la journée. Photo de groupe.
6 h 55 – Chris : Wow, ça fait beaucoup de gens qui roulent/aident/soutiennent.
6 h 59 – Chad : Je ne sais jamais trop quoi dire quand je donne ces discours de départ.
7 h 00 – Laurent : Je me sens bien, tout le monde jase !
7 h 00 – Chad :  BEERMUDA ! Que la fête commence !
7 h 00 – Geremy : À l’heure (pour une fois !) et prêt à partir. Il y a seulement deux règles à suivre : maintenir 30 km/h et ne pas arrêter plus qu’aux deux heures.
7 h 00, Anthem Brewery, 11 degrés – Andy : Une longue journée qui commence avec des manches longues et des genouillères. 
8 h 00 – Biff : Belle lumière, je m’affaire à prendre des photos. Sourires partout jusqu’à maintenant.
8 h 00 – Geremy : Le soleil sort et je me sens super bien. J’ignore ma vessie de vieil homme – c’est impossible que j’aie déjà besoin d’aller aux toilettes.

BeerMuda Morning Sun

8 h 30 – Paul : On traverse Luther. Ceux qui font la randonnée normale du matin font demi-tour. Les jambes ne sont pas encore réveillées.
Kilomètre 50 – Chad : Juste un petit peu jaloux du groupe des lève-tôt qui s’arrêtent au Farmstead 116 pour notre habituel café de mi-sortie.
9 h 00 – Jason : Je n’ai jamais autant mangé ou bu après deux heures en vélo.
Kilomètre 80 – Chad : Pourquoi ai-je des équipes qui travaillent aujourd’hui ? Je règle quelques ‘vrais’ problèmes de travail sur mon téléphone et je reste positif.
Kilomètre 90 – Chad : J’espère que ça conclut le ‘vrai, travail. Encore une fois, pourquoi est-ce que j’ai des équipes au travail pendant le #OKBeerMuda?
9 h 56 – Geremy : À mi-chemin vers Tulsa, un vent arrière et la vie est belle. Ça va vite. Il devient évident que nos deux règles ne seront peut-être pas maintenues.
10 h 38 – Chris : J’ai cru entendre « … si on pousse on peut augmenter notre moyenne à 35km/h… »coverdna.jpg10 h 45, kilomètre 128, Bristow, OK – Andy : Un petit mauvais virage en ville, on manque 4 gars qui devaient venir nous rejoindre de Tulsa. Ils nous poursuivent.

Kilomètre 128 – Chad : Je suis pas mal sûr qu’on devait rejoindre les gars de Tulsa à Bristow… On vient de les manquer.
Kilomètre 130 – Chad : Est-ce que c’est vraiment si long nous rattraper ?
Kilomètre 132 – Chad : On a renvoyé la camionnette pour eux, n’est-ce pas ?
Kilomètre 136 – Andy : J’arrête pour une pause pipi, j’attends les gars de Tulsa. Je m’accroche à la camionnette de soutien qui nous suit et je rattrape le groupe.
Kilomètre 141 – Chad : Les voilà ! Waddell, peux-tu envoyer des renforts à l’avant ?
11 h 20 – Chris : Génial, le groupe de Tulsa nous donne un coup de main !
Kilomètre 145 – Chad : Là on jase ! On profite de l’aspiration jusqu’à Tulsa.
11 h 45 Chris : Merde alors, 17 000 en montant la côte, qui a invité le groupe de Tulsa !
Kilomètre 167, Sapulpa, OK – Andy : Le groupe traverse des voies ferrées, Dustin Smith prend la voie de travers et chute.
Kilomètre 167 – Chad : Chemin de fer ! Merde, qu’est-ce qui s’est passé ? Cycliste tombé ! Appelez le 911 !
11 h 55 – Geremy : L’un des pires sons que j’ai entendu en vélo. Ce n’est pas bon signe. J’espère qu’il va bien.
12 h 00 – Jason : J’ai fait le secouriste pendant 10 minutes avec le cycliste tombé. Je lui ai retiré ses Oakley brisées du visage. 

 

Vous vous demandez quelle type de bière correspond à votre style de cycliste
Découvrons ça!

Marshall Brewing Company, Tulsa OK - kilomètre 193, moyenne de 35 km/h

Marshal Brewery

BeerMuda Button Hole

Kilomètre 193 – Chad : 15 minutes d’avance sur l’horaire ! Bienvenue à la brasserie Marshall ! Quelques photos, mise à jour publiée, crème chamois, ravitaillement et c’est reparti !
12 h 30 – Geremy : Les copains de Tulsa nous amènent en ville en vitesse et ça fait du bien de s’arrêter quelques minutes.
12 h 45 – Andy : Premier arrêt de brasserie. Je me sens bien. Une petite bouchée, une bière, je remets de la crème chamois et j’enfile un maillot à manches courtes.
12 h 50 – Paul : Arrivée à la brasserie Marshall à Tulsa très en avance. Andy me dit qu’il se sent mieux que l’an dernier. Mes jambes sont mortes après une semaine de récupération, mais je sais que ce n’est rien de grave. Bouffe, photo de groupe puis on roule.
13 h 00 – Biff : Photos au premier arrêt (brasserie Marshall à Tulsa), bière, commanditaires, bière, commanditaires, répétez !
13 h 00 – Laurent : Marshall ! Wow, cette étape a été rapide ! La bière est bonne ! Et quelle bonne bouffe.

BeerMuda Pasta

13 h 30 – Geremy : De retour en selle pour la portion la plus plate annoncée.
13 h 30 – Chad : Que le vent de face commence !
13 h 30 – Chris : Maintenant on peut ralentir un peu pour la section de vent de face.
13 h 30 – Jason : Vent de face, oh glorieux vent de face.
Kilomètre 212, Jenks, OK – Andy : Un vent de face de 30 km/h sera notre ennemi pour les prochains 195 kilomètres. On décide de roule en file indienne, chacun fait 3 minutes à la tête face au vent.
14 h 00 – Laurent : Vent de face ! Rythme rapide ! Bon sang ces relais sont de plus en plus difficiles !
14 h 30 – Geremy : Vent de face. Vent de travers. De face. De travers. Manger, boire, se cacher. Rincer et répéter… Ça semble interminable. 400 watts pour aller à 30 km/h. Je vais payer pour plus tard.
Kilomètre 230 – Andy : Vents de travers, je forme un échelon de plus.
15 h 00 – Chris : Euuuuh, quand est-ce qu’on ralentit ? J’ai des crampes dans les jambes ! Je m’accroche !
15 h 00 – Laurent : Définitivement trop vite pour parler !
15 h 03 – Chris : QUOI ?!?! Ça fait seulement 3 minutes que j’ai regardé ?

BeerMuda Crosswinds

15 h 05 – Chris : EST-CE QUE CETTE CHOSE EST BRISÉE ???? [Répéter les 3 dernières étapes 1 000 fois.]
15 h 15 pm – Geremy fait une chute : Cette bouffe est délicieuse ! J’ouvre l’emballage d’une appétissante roulade et… merde ! Je n’ai pas remarqué son léger ralentissement. J’accroche sa roue et me voilà en tas sur le bord de la route. Quel imbécile je suis… Un imbécile fatigué, en sang et déçu.
Kilomètre 275 – Chad : Le rythme est encore assez soutenu. Les vents de face et de travers sont toujours présents. Je me sens toujours assez bien mais le groupe commence à avoir de la difficulté.
Kilomètre 280, Counsel Hill, OK près du lac Eufaula – Andy : La moyenne a légèrement baissé à juste au-dessus de 35 km/h. Je me sens encore bien, je garde le contrôle sur le carburant et l’hydratation.
16 h 00 – Biff : Garder en tête de ne jamais donner d’estimé à quiconque sur la distance qu’il reste à faire (c’est une longue histoire, Biff avait donné de mauvais estimés à des cyclistes lors du Beermuda 2015).
16 h 00 – Laurent : Bon sang les relais deviennent encore plus difficiles… Eh merde ! C’est trop vite pour moi !
Kilomètre 290 – Chad : À un autre cycliste, « La prochaine fois que tu veux ralentir, tu peux demander à Andy. »
16 h 32 – Chris : C’est trop vite pour moi… Je suis à bout.
Kilomètre 198 – Chad : Enfin, la première section en gravier. Cette section semble bien plus difficile que l’année dernière.

BeerMuda Gravel and Car

18 h 00 – Jason : 320 kilomètres, du gravier et des vents de face.
18 h 00 – Laurent : Aaron et moi sommes à l’arrière de la file et nous nous poussons à continuer.
18 h 00 – Paul : Un fort vent de face a légèrement ralenti notre cadence. Nous sommes quelques-uns à faire un sprint jusqu’aux panneaux indiquant les limites de la ville, sachant que nous ne devrions pas et que nous allons le payer cher plus tard. Puis du gravier, le groupe se sépare et nous sommes environ 6 dans le groupe de tête, on prévoit arrêter au bout pour se regrouper. Quelques-uns ont plié bagage et sont embarqués dans l’auto. Je me sens encore bien, les jambes sont bonnes. 80 km jusqu’à Krebs.
18 h 00 – Geremy : 320 kilomètres de faits. Ça ira mieux maintenant que le gravier est passé et que chaque rebondissement ne me donne pas envie de me tirer une balle.
18 h 15 – Geremy : Non. La cadence est encore rapide, le vent cuisant et mon cerveau et mon corps ont jeté l’éponge. 328 kilomètres, je monte dans le camion.
19 h 00 – Biff : Rester loin des cyclistes et ne pas leur parler. Vent de face, gravier.
19 h 00 – Laurent : J’ai un petit second (ou troisième ou cinquième) souffle… De retour dans la rotation… Je me rends à Krebs ! Je me rends à Krebs !
Kilomètre 360, Quinton, OK – Andy : Le retour sur l’asphalte, le ravitaillement du corps et un certain blocage du vent par les arbres entourant le lac Eufaula ont revigoré le groupe. Le rythme a augmenté.
Kilomètre 383 – Chad : Au moins le paysage est beau autour du lac Eufaula. Le rythme augmente et on peut presque goûter Krebs.
19 h 30 – Jason : Vent de face et noirceur.

Pete's Place, home of Choc Brewery, Krebs, OK - kilomètre 390, moyenne de 33,8 km/h

BeerMuda Choc Beer

20 h 08 – Biff : L’un des meilleurs spaghettis que j’aie jamais mangé.
20 h 08 – Jason : Enlever les souliers, manger du spaghetti, se préparer mentalement au dur retour à venir.
20 h 08 – Laurent : Choc nous voici ! Souliers enlevés ! S’asseoir pour une bière et un bon repas… Je me sens de nouveau prêt.
20 h 08 – Andy : Deuxième étape complétée, je me sens étonnamment bien, un bon plat de pâtes nous attend… Trop manger, boire une bière. Ibuprofène, genouillères, manteau, une dose de « 5-hour energy », lumières avant-arrière, verres transparents sur les lunettes. Katy nous rejoint pour nous aider à rentrer. On reprend la route.
20 h 10 – Paul : On arrive à Krebs, je me sens bien mieux que l’année dernière. Je mange et je bois aux trente minutes. Nous en avons perdu quelques-uns de plus, il en reste plus que 6 et 3 de plus qui aident le travail. On fait bonne moyenne à 33,8 avec 240 km à faire et la même quantité de côtes que les premiers 400.
Kilomètre 405 – Chad : Le but était d’arriver vers 20-21 h… On a réussi ! Pete’s Place a vraiment déroulé le tapis rouge cette année ! Plus que 240 km à faire ! Écouteurs branchés, écran d’ordinateur noir… AUCUNE DONNÉE.
Kilomètre 407 – Chad : Je n’ai vraiment pas mangé TANT que ça mais je me sens ballonné.

Kilomètre 410 – Andy : Les côtes commencent immédiatement. Les derniers 240 km comprennent près de 2130 mètres de pentes. Ça semble insignifiant, sauf si vous venez de faire 400 kilomètres.
Kilomètre 418 – Chad : Peut-être que la salade n’était pas une si bonne idée que ça. Reflux gastriques et brûlements d’estomac.
22 h 00 – Laurent : Eh bien le sentiment n’a pas duré ! J’arrive à maintenir le rythme sur le plat, mais je pédale à reculons dans les montées.
22 h 05 – Laurent : Je ne suis d’aucune aide ! Je ralentis tout le monde. Pourquoi suis-je ici déjà ?
22 h 06 – Laurent : Au diable cette côte en gravier ! Terminé ! Je monte dans la voiture !
Kilomètre 420 – Andy : J’ai du mal à digérer le repas.
22 h 30 – Jason : Super. Qui a conçu ce foutu trajet ?!?! Routes de gravier, montées en gravier de jusqu’à 15 %, descentes sur gravier dans le noir. Ce n’est pas sain.
Minuit – Biff : Les cyclistes tombent comme des mouches, montent en voiture, plient bagages. Brutal.
Minuit – Jason : Je suis toujours sur mon vélo. Plus que 5 ou 6 ou 7 heures à faire…
Kilomètre 442 – Chad : Je sais que je devrais manger & boire mais j’ai trop mal à la gorge et j’ai l’estomac encore trop plein.

Kilomètre 467 – Andy : Des sections surprise de gravier sapent l’énergie et la motivation.
00 h 15 – Jason : Je vais commencer à prendre des longs relais pour tenter d’en venir à bout.
Kilomètre 483 – Chad : Waddell avait seulement mentionné qu’il y aurait une section de gravier de plus.
Kilomètre 500 – Chad : Qui a conçu ce trajet et pourquoi faisons-nous une expédition de 650 km comportant au moins 10 % de gravier ?
Kilomètre 500 – Paul : Mentalement, ça va super bien. On arrête prendre une pause, remplir les bouteilles, manger, Jason et moi faisons un « selfie ». Il reste 150 km. Encore trois sections de gravier, et les côtes sont escarpées.
Kilomètre 507 – Chad : J’aurais dû me faire une meilleure « playlist ».
Kilomètre 510 – Chad : J’aime bien Sturgill Simpson, mais peut-être pas après 15 heures de vélo.
Kilomètre 515 – Chad : Est-ce que Paul craque ? Non, il de nouveau motivé.
Kilomètre 530 – Chad : Mais qu’est-ce que fait Waddell ?
Kilomètre 532 – Chad : Je lance les dés, c’est le grand coup de relais de Waddell avant qu’il ne se retire, prenne une bière et chahute ceux qui restent.
01 h 43 – Jason : Je ne veux plus être sur mon vélo. J’embarque dans la fourgonnette.
545 km et 16,25 heures, ça suffit.
Kilomètre 545 – Chad : Ouaip, c’est fini pour Waddell. Pourquoi diable sommes-nous ENCORE sur du gravier ?!?!
02 h 00 – Paul : Mentalement ça va bien, physiquement pas tant. Les côtes font mal. J’estime encore 3 à 4 heures selon la vitesse. On est plus que 3 à continuer, et notre moyenne est quand même de 32. J’essaie de voir le positif.
Kilomètre 547 – Chad : Ne regarde pas ton ordi, arrête de penser et pédale.
Kilomètre 547, Maud OK – Andy : Petit arrêt. Un avocat est tout ce que mon estomac et capable de supporter. Plus qu’une centaine de kilomètres. Paul, Katy et moi décidons que nous arrêterons une dernière fois à 50 km de l’arrivée pour se ravitailler.
Kilomètre 550 – Chad : Pourquoi est-ce qu’on arrête ? Andy veut être stratégique… Encore une centaine de kilomètres, mon cerveau me dit trois heures, Andy dit quatre heures… « Game over. » Je ne veux pas faire encore quatre heures de vélo.

BeerMuda Tired

BeerMuda Lady

Kilomètre 580 – Andy : Katy vient de faire un relais monstre et je lui dis de retourner à la fourgonnette pour récupérer. Paul et moi poursuivons. Je suis anéanti en selle, mais j’ai encore de bonnes jambes quand je me lève au-dessus de la selle. J’ai mal à tout le corps.
03 h 00 – Biff : Les indications sont difficiles à suivre dans le noir (un mauvais virage ferait bien des mécontents)… Je n’arrive pas à voir où sont les cyclistes derrière nous… Ça rend nerveux, je crois qu’on était la seule voiture avec deux personnes éveillées.
Kilomètre 595 – Andy : Paul et moi voulons arrêter, la voiture de soutien est introuvable alors nous poursuivons. Paul est un cas désespéré de bipolarité, hurlant que l’expédition est géniale un moment et se trouvant dans un profond trou noir l’instant d’après.
04 h 00 – Paul : Plus que 50 kilomètres à faire et nous ne sommes plus que deux, Andy et moi. Nous avons tous deux terminé l’an dernier, et je sais qu’au point où nous en sommes, nous terminerons tous les deux peu importe le temps que ça prendra.

BeerMuda Last Men Standing

Kilomètre 603 – La voiture de soutien nous rattrape. On s’arrête. Sandwiche au beurre d’arachides et de l’eau (de l’eau est tout ce que mon estomac a réussi à supporter sur les 100 derniers kilomètres).
Kilomètre 616, lac Draper – Andy : On vient de compléter la section la plus montagneuse de toute la journée, 20 km sur la 149e rue SE.
Kilomètre 622 – Paul : Il me tue dans les montées, je sors bien au-dessus de 300 watts. Je lui dis de ralentir un peu. J’essaie de prendre le relais un moment. Pas très fort, juste constant. Puis arrive une autre route de côtes redoutées. Je suis furieux, mais on y est presque.
Kilomètre 627 – Andy : Ça commence à sentir la fin, et le peu d’énergie restant dans mon corps qui se débat tombe à pic.
Kilomètre 643, Oklahoma City, OK – Andy : On arrive au centre-ville. Paul et moi faisons un « fist bump » pour notre réussite… et évitons une chute de justesse.

De Retour à Anthem Brewing, Oklahoma City, OK

Kilomètre 649 – Andy : Coups de klaxon. Paul et moi arrivons dans le stationnement littéralement portés par des vapeurs. Bières et célébrations. On est morts.
05 h 30 – Paul : Fou de joie. Prêt à terminer, mais je profite du moment. On termine. Andy prend sa bière, on reçoit nos t-shirts de vainqueurs du #okbeermuda. Je ramasse mes affaires, je rentre à la maison, je mange des pancakes. Je suis reconnaissant de ce que j’ai accompli, et je sais que rien de tout ça n’aurait été possible sans le soutien que nous avons eu tout au long de la journée.
06 h 00 – Biff : Terminé - mort et enterré !

.
soyez_les_premiers.png

In case you made it all the way down here - subscribe to our newsletter